Des chercheurs redécouvrent la musaraigne éléphant en Afrique après 50 ans

0
26

Somali Sengi

Somali Sengi se couche à Day Forest, Djibouti. (Photo: Houssein Rayaleh / PeerJ)

Les chercheurs ont «redécouvert» une espèce insaisissable de musaraigne éléphant (ou sengi) à Djibouti. Documenté pour la dernière fois en 1968, les chercheurs ont présumé que le sengi somalien était une «espèce perdue». Cependant, les communautés locales de la nation africaine de Djibouti ont signalé des observations dans l'environnement rocheux. Une étude récemment publiée dans la revue PeerJ documente une expédition 2019 pour étudier les sengis à Djibouti. Dans une heureuse annonce pour la communauté de la conservation, les chercheurs ont découvert que les espèces évasives prospéraient et n'étaient pas directement en danger de perte d'habitat.

Dirigée par Steven Heritage, Galen Rathbun et Houssein Rayaleh, l'équipe a posé 1 200 pièges appâtés avec du beurre de cacahuète, de la levure et des flocons d'avoine. Bien que les sengis mangent des insectes, les pièges ont rapidement capturé un sengi somalien. L'équipe a été surprise de découvrir l'espèce si loin de son aire de répartition connue auparavant. Heritage a déclaré à la BBC: «Nous ne savions pas quelles espèces se trouvaient à Djibouti et lorsque nous avons vu la caractéristique diagnostique d'une petite queue touffue, nous nous sommes regardés et nous savions que c'était quelque chose de spécial.

Les musaraignes éléphants, ou sengis, comprennent 20 espèces distinctes de mammifères à long nez. Les sengis sont étroitement liés aux aardvarks, aux éléphants et aux lamantins malgré leur petite taille. Leurs longues jambes et leur position courbée leur permettent d'atteindre des vitesses allant jusqu'à 18 miles par heure. Ils s'accouplent de manière monogame et gardent jalousement leur territoire. Heritage a déclaré à CNN: «Dans la communauté scientifique, nous essayons d'utiliser un langage réservé qui classerait les animaux comme« microfaune charismatique », ce qui se traduit par le parler scientifique en un langage normal comme« adorables petits animaux ».»

Bien que le sengi somalien ait été classé comme «manquant de données» par Global Wildlife Conservation, Heritage et son équipe espèrent y remédier en retournant dans l'habitat de la créature pour mener de nouvelles recherches l'année prochaine. Le marquage radio aidera à déterminer la portée du sengi somalien, qui pourrait s'étendre jusqu'en Ethiopie. Il y a beaucoup à apprendre sur ces mammifères miniatures!

Une espèce insaisissable de musaraigne éléphant (ou sengi) a été redécouverte à Djibouti après 50 ans.

Somali Sengi

Somali Sengi parmi les rochers à Assamo, Djibouti. (Photo: Steven Heritage / PeerJ)

Eastern Rock Sengi

Le rocher oriental Sengi (Musaraigne éléphant). (Photo: Stock Photos de MATTHIAS KERN / Shutterstock)

Les chercheurs de Djibouti ont reconnu le sengi somalien par sa queue touffue, par rapport aux queues plus élancées d'autres espèces de musaraigne éléphant.

Tableau des crânes Sengi

Sengi somalien tuffted queues illustrées (M, N et O) par rapport à la queue de Sengi roux (P). (Photo: Galen Rathbun et Steven Heritage / PeerJ)

L'aire de répartition de la musaraigne éléphant récemment redécouverte peut s'étendre au-delà de la Somalie et de Djibouti jusqu'en Ethiopie.

Gamme potentielle de Somali Sengi

Gamme potentielle de Sengi somaliens en fonction des localités d'occurrence bénéficiant d'un bon. (Photo: carte de base de Mapswire.com (CC-BY 4.0) / PeerJ)

h / t: (BBC)

Toutes les images via PeerJ.

Articles Liés:

Des photos adorables de souris des récoltes gambadant dans les tulipes vous feront sourire

Un chiot errant retrouvé en Australie s'avère être une race rare de dingo en voie de disparition

Rencontrez Marty Mouse, un adorable rongeur avec une grande personnalité

Les adorables chatons Caracal deviennent d'élégants chats sauvages qui errent dans la savane africaine